Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  clomani le Dim 12 Juil - 11:18

Lu sur ICRA :
ICRA News

Sous la jungle, du pétrole. Faut-il l'exploiter pour assurer le développement d'un petit pays comme l'Equateur ? Faut-il le laisser sous
terre pour préserver la forêt amazonienne ? La "révolution citoyenne" promise par le président de gauche Rafael Correa se veut verte : Quito vient de confirmer sa décision de ne pas exploiter les 920 millions de barils qui couvent sous le parc Yasuni. Mais le gouvernement équatorien espère une compensation financière de la communauté internationale.


Alors que le réchauffement climatique est devenu une priorité mondiale, nous allons éviter l'émission de 410 millions de tonnes de
CO2 dans l'atmosphère, en laissant le pétrole sous terre”
, explique Roque Sevilla, président du conseil de direction de l'initiative Yasuni-ITT - du nom des trois champs pétroliers Ishpingo, Tambococha et Tiputini. Une délégation équatorienne est venue en Europe, en Allemagne et en Grande-Bretagne, notamment à la mi-juin, pour présenter le projet.
Servir de modèle
Le protocole de Kyoto s'est fixé pour objectif la réduction des émissions de dioxyde de carbone. L'Equateur veut faire reconnaître la valeur
de la “non émission”. L'idée est d'émettre des certificats de garantie Yasuni (CGY) et de les faire accepter sur le marché des certificats de réduction d'émission de carbone (CER). Au tarif du jour, la non exploitation de Yasuni pourrait rapporter plus de 5 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros).
Le parc Yasuni est une réserve inégalable de biodiversité : “1 000 espèces d'arbres dans toute l'Amérique du Nord, 1 000 espèces d'arbres
par hectare du parc Yasuni”
, résume M. Sevilla. Ce parc s'étend sur 950 000 hectares de forêt à la frontière péruvienne. Outre la
richesse de sa flore et de sa faune, il abrite deux des derniers peuples isolés de la planète. Les Tagaeri et les Taromenane, déjà menacés par les trafiquants de bois, ne survivraient sans doute pas à l'arrivée des forages et des derricks
.

Les compagnies pétrolières jurent, elles, que les techniques propres permettent de réduire au minimum l'impact environnemental de
l'extraction du brut.
En 2007, M. Correa avait présenté aux Nations unies une première version de l'initiative Yasuni, en forme “d'ultimatum écologique”. Pour ne pas exploiter son pétrole, l'Equateur exigeait de la communauté internationale une compensation annuelle équivalente à
la moitié du manque à gagner estimé pour le pays, soit 350 millions de dollars pendant treize ans. Les Etats ne se sont pas bousculés au portillon pour payer. Seul le Parlement allemand a montré un réel intérêt en votant une motion
.
Depuis, l'Equateur a adopté une nouvelle Constitution qui reconnaît des droits à la nature. Le prix du baril s'est effondré. Et Quito a
peaufiné sa proposition, grâce aussi à des études de faisabilité financées par les Européens. “L'Equateur renonce une bonne fois pour toutes à exploiter le pétrole de Yasuni”, martèle M. Sevilla. Toute idée de marchandage ou d'ultimatum a disparu. Mais la volonté d'obtenir une compensation demeure.
Il est vrai que les réserves du Yasuni représentent 20 % des réserves certifiées de brut du pays. L'Equateur, qui a réintégré l'Organisation
des pays exportateurs de pétrole (OPEP), produit 500 000 barils par jour. Le pétrole fournit plus de la moitié de ses exportations et plus du quart des recettes de l'Etat. L'argent obtenu de la vente des CGY sera versé sur un fonds géré sous contrôle international. Il permettra de financer la politique écologique du pays et le développement social de l'Amazonie.
La reforestation d'un million d'hectares en trente ans est inscrite au programme, ainsi qu'une stratégie d'économie et de substitution d'énergie - pour assurer, notamment, la mise en valeur des ressources géothermiques de ce pays andin riche en volcans. Selon le gouvernement, ces programmes devraient permettre d'éviter plus de 1 000 tonnes d'émission de CO2.
En décembre, à Copenhague, l'Equateur espère servir de modèle. “L'initiative Yasuni pourrait servir de projet pilote pour renégocier et perfectionner le protocole de Kyoto”, affirme M. Sevilla, ancien maire de Quito, patron de la plus grande entreprise de tourisme du pays et écologiste. “Quand, en 1989, l'organisation Natura que je dirigeais ici a proposé le premier rachat de dette équatorienne contre nature, pour un montant de 10 millions de dollars, tout le monde nous a traités de dingues. Cela a marché”, rappelle-t-il, enthousiaste.
Marie Delcas
Le Monde
"La proposition du président Correa n'est pas
sincère"


Membre du peuple quechua de Sarayaku, en Equateur, Patricia Gualinga est coordinatrice de l'Alliance des peuples amazoniens. Elle
évoque le combat des Indiens au Pérou et en Equateur contre l'exploitation pétrolière. Elle ne croit pas à la sincérité de la proposition du président Rafael Correa de renoncer au pétrole du parc Yasuni pour protéger la forêt.
La pression pétrolière est-elle forte en Amazonie ?
Il n'y a plus une seule zone de l'Amazonie péruvienne qui n'ait pas été concédée à des compagnies par le gouvernement. Et le gouvernement péruvien vient d'adopter un décret qui porte atteinte au territoire des peuples. Pour protester, les Indiens ont bloqué les routes, donc l'exportation de pétrole, ce qui a déclenché la répression. En Equateur, dans le nord du pays, il y a
beaucoup d'exploitations pétrolières. Au sud, il y a le projet de ne pas exploiter Yasuni, à condition qu'il y ait une compensation des pays
consommateurs. Et encore plus au sud, de nombreux territoires ont été concédés à des compagnies. Mais l'exploitation n'a pas vraiment commencé en raison de la résistance, notamment à Sarayaku”
.

La proposition de Yasuni n'est-elle pas sincère ?
Non. Cette proposition émane en fait des associations équatoriennes telles que Accion Ecologica, qui ont convaincu le gouvernement de la reprendre. Mais en dehors de ce projet, la politique du président Correa est la même que celle de tous les gouvernements
précédents : extraire les ressources du pays et générer une économie basée sur les ressources pétrolières et minières. En fait, Sarayaku perturbe l'image progressiste de Correa. Contre tous les pronostics, Sarayaku a réussi à résister et à expulser l'exploitation pétrolière. Nous sommes un petit peuple d'un millier d'habitants. Depuis que Sarayaku est devenu un symbole de résistance contre le gouvernement équatorien, contre les entreprises extractrices, contre la police et les militaires
.
Pourquoi refusez-vous l'exploitation pétrolière ?
Parce que nous avons une façon différente de voir notre relation à la terre et à la forêt, et la deuxième raison, c'est qu'on a vu concrètement le désastre écologique et social que provoque ailleurs l'exploitation pétrolière”.Propos recueillis par Hervé
Kempf, le Monde

Du coup, on ne sait plus qui croire... parce que et le représentant des indigènes a raison, et Correa a aussi besoin de rendre son pays autonome... mpffff !

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  Invité le Dim 12 Juil - 11:24

Il est pas fou lui ? Il veut qu'on le paye pour ne pas exploiter son pétrole ? Zinzin
Mais c'est un blasphème à la sacro-sainte Loi du Marché qui rend heureux (amen). Rire hystérique
Saint Amérique y pourvoira, un bon coup d'état et un bon régime qui donnera les droits d'exploitation aux compagnies américaines. Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  liliM le Dim 12 Juil - 11:31

De toute façon, cette planète, enfin l'espèce dominante qui la peuple, marche sur la tête.

liliM

Féminin
Nombre de messages : 3472
Age : 51
Localisation : au soleil
Emploi : fainéante
Loisirs : marmotter
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dazibaoueb.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  clomani le Dim 12 Juil - 12:00

En parlant de se faire payer pour ne pas exploiter le pétrole... ça ne vous a pas donné envie de rire, une phrase (reprise par tous les media franchouilles à la botte of course) de Sarkozy qui disait "nous avons tous pris la décision de faire baisser de 2° le réchauffement de la planète" !
Non mais y se prennent pour des dieux ces enfoirés qui ont contribué et contribuent encore à faire fondre la banquise ? Notons au passage que les Russes sont en train de polluer tout l'Arctique (enfin le Nord... j'ai une basence tout d'un coup ...) en utilisant des brise-glace à énergie nucléaire pour aller chercher le pétrole là-bas tout en haut... et qu'à mon avis, les Ricains et les autres (nous les premiers) allons toujours contribuer à ce réchauffement via des recherches pétrolières chez les pauvres, via des guerres d'oléoducs (j'ai vu un "en-dessous des cartes hier sur le rôle de la Turquie par rapport aux oléoducs partant de la Mer Noire, édifiant)...
Dès que j'ai un moment, je vous trouve le lien !
Brèfles, malgré leurs dires, la guerre du pétrole est loin d'être terminée... les indigènes loins d'être laissés en paix sur leurs terres... et nous on va tous crever de chaleur ou ceux qui vivent près des océans être inondés ! Super programme !

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  Invité le Dim 12 Juil - 12:44

On estime qu'il y a 30% des réserves mondiales de pétrole dans l'Arctique.
La Russie, les USA, le Canada, le Danemark et la Norvège se disputent les zones à exploiter.
Donc la fonte de la banquise les arrange bien.

Quant à l'effet de serre, dernièrement des scientifiques ont trouvé que les océans dégageaient 10.000 fois plus de méthane que ce qu'on croyait. Du coup le CO2 émis par les activités humaines devient quantité négligeable (le méthane est beaucoup plus "à effet de serre" que le CO2). Et donc on pourra baisser nos émissions tant qu'on voudra, ça ne changera rien. Alors les 2° de Toupty, c'est de l'esbrouffe, comme d'habitude.

Je suis de plus en plus persuadé que le réchauffement est un phénomène naturel et cyclique, on a déjà vu ça dans les temps géologiques, ce n'est pas nouveau. En étudiant les bulles d'air emprisonnées dans les glaces de l'Antarctique, des scientifiques ont montré qu'il y avait plus de CO2 et de méthane il y a 30.000 ans que maintenant. Pourtant à cette époque il n'y avait pas de voitures ! C'était juste les pets de mammouths ! Rire hystérique

Il y a un cycle d'environ 25000 ans, avec glaciation et réchauffement, ça dure depuis l'ère tertiaire, soit depuis 65 millions d'années. Là on est en fin de période de réchauffement, ça a commencé il y a 12000 ans (à l'époque les glaciers venaient jusqu'à Lyon et la mer était 130 mètres plus basse qu'aujourd'hui). Ca va repartir dans l'autre sens bientôt. Peut-être en 2012, mais on ne s'en rendra pas compte tout de suite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  clomani le Dim 12 Juil - 13:51

Bon, ben tant mieux, on n'aura plus de canicule comme la ch'tite qu'on a vécue la semaine dernière qui m'a tuée Number One

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  liliM le Dim 12 Juil - 14:32

"Là on
est en fin de période de réchauffement, ça a commencé il y a 12000 ans
(à l'époque les glaciers venaient jusqu'à Lyon et la mer était 130
mètres plus basse qu'aujourd'hui). Ca va repartir dans l'autre sens
bientôt. Peut-être en 2012, mais on ne s'en rendra pas compte tout de
suite."

Yap je comprends pas, il y a 12000 ans on était en période de réchauffement ou à l'âge glaciaire ? Gratte gratte

liliM

Féminin
Nombre de messages : 3472
Age : 51
Localisation : au soleil
Emploi : fainéante
Loisirs : marmotter
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dazibaoueb.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  Invité le Dim 12 Juil - 14:40

liliM a écrit:"Là on
est en fin de période de réchauffement, ça a commencé il y a 12000 ans
(à l'époque les glaciers venaient jusqu'à Lyon et la mer était 130
mètres plus basse qu'aujourd'hui). Ca va repartir dans l'autre sens
bientôt. Peut-être en 2012, mais on ne s'en rendra pas compte tout de
suite."

Yap je comprends pas, il y a 12000 ans on était en période de réchauffement ou à l'âge glaciaire ? Gratte gratte
On était en période glaciaire et ça a commencé à se réchauffer il y a 12000 ans. La période glaciaire s'est terminé il y a 12000 ans.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  liliM le Dim 12 Juil - 14:56

Donc si on est en fin de période de réchauffement, ça va compenser, je me souviens avoir vu une émission sur l'âge glaciaire où on pensait qu'il avait été provoqué par un trop grand afflux d'eau douce (échappée de la calotte glaciaire du Pôle Nord) dans l'eau de mer et cela avait beaucoup ralenti les courants marins des hauts fonds, par exemple le Gulf Stream (qui nous permet de bénéficier d'un climat doux), mais bon peut-être qu'on ne verra pas les glaciers à Lyon, mais peut-être nos petits enfants ? Cheese

liliM

Féminin
Nombre de messages : 3472
Age : 51
Localisation : au soleil
Emploi : fainéante
Loisirs : marmotter
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dazibaoueb.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  Invité le Dim 12 Juil - 15:17

liliM a écrit:Donc si on est en fin de période de réchauffement, ça va compenser, je me souviens avoir vu une émission sur l'âge glaciaire où on pensait qu'il avait été provoqué par un trop grand afflux d'eau douce (échappée de la calotte glaciaire du Pôle Nord) dans l'eau de mer et cela avait beaucoup ralenti les courants marins des hauts fonds, par exemple le Gulf Stream (qui nous permet de bénéficier d'un climat doux), mais bon peut-être qu'on ne verra pas les glaciers à Lyon, mais peut-être nos petits enfants ? Cheese
Ce sont des variations très lentes, mais il semble que ces derniers millions d'années il y a une sorte de cycle de 25000 ans environ, la moitié en refroidissement et la moitié en réchaufement.
Personne ne sait pourquoi.

Les Mayas avaient 2 calendriers. Un similaire au notre, couvrant 1 an, soit un tour de la Terre autour du soleil, et un autre calendrier qui durait 25600 ans.
Cette période de 25600 ans correspond à ce qu'on appelle "la précession des équinoxes".

Qu'est ce que a précession des équinoxes ?
L'axe de la Terre ne reste pas exactement vertical, en réalité il oscille, comme l'axe d'une toupie. Il dessine un cercle complet dans le ciel en 25600 ans, l'étoile polaire n'est exactement au Nord que tous les 25600 ans.
Ce qui fait que les équinoxes ne se produisent pas tous les 182,625 jours (une 1/2 année), mais tous les "un peu moins", parce que l'axe a tourné et a "donné de l'avance". On appelle ça la précession des équinoxes.
Du coup une position exacte donnée des étoiles ne produit que tous les 25600 ans.
Comment les Mayas avaient ils découvert cela, c'est un mystère, parce que nous ne l'avons découvert qu'il y a à peine 1 siècle. Ils avaient su calculer exactement à la seconde près la durée entre 2 équinoxes et en avaient déduit le reste. Avec les "instruments" de mesure qu'ils avaient c'est un exploit impossible, mais bon, ils l'avaient fait.

Pour eux cette période 25600 ans était une "grande année", qu'ils avaient divisé en 4 saisons de 6400 ans, automne, hiver, printemps et été.
Selon ce calendrier nous serions à la fin de l'été.
Le printemps aurait commencé juste quand les glaciers ont commencé à fondre il y a 12800 ans, quand la glaciation a pris fin.
En fait c'est troublant mais les différentes glaciations de l'ére quaternaire que l'on sait dater correspondent à peu près aux "hivers" du grand calendrier Maya.

Selon ce calendrier, l'année se termine en été, et elle se terminera le 21 décembre 2012, à partir de là nous serons en automne et ça va commencer à se refroidir.

Et si les Mayas avaient raison ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand il y a un progrès, est-on sûr que c'en est un ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:39


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum