La relève du PS?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La relève du PS?

Message  gros branleur le Dim 12 Avr - 12:14

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/11/manuel-valls-le-parti-socialiste-doit-etre-incarne-par-une-nouvelle-generation_1179606_823448.html

ce sera sans moi...
extraits de l'interview..
L'antisarkozysme forcené voudrait masquer ce déficit idéologique, mais il provoque en réalité un double effet pervers. Il grandit le personnage en le mettant au centre de chaque débat : Sarkozy devient
celui qui ose tout, conformément à ce qu'il recherche. Et, surtout, il affaiblit la crédibilité de la gauche en l'obligeant à l'outrance : elle devient celle qui craint tout.
Vaut mieux pas se montrer trop antisarkozyste et insulter l'avenir... Valls est sur les tablettes de Toupty pour avoir un ministère...
En 2012, la gauche ne pourra pas se contenter de dire : "On refait Jospin, moins les 35 heures."
l'organisation de "primaires" ouvertes aux électeurs de gauche pour désigner notre candidat en 2012 est peut-être la dernière chance pour le sauver et l'aider à renouer le lien avec les Français.
c'est sur la réduction du temps de travail c'est un peu trop gauchiste...
et ce sont les primaires qui ont flingué le PS, alors autant continuer, ( comment vont-ils faire pour déterminer les électeurs de gauche...)
Les syndicats évoluent, j'observe avec intérêt ce qui se passe à la CGT et bien sûr à la CFDT. La gauche doit bâtir avec eux un pacte social sur les grands enjeux : assurance-maladie, dépendance, hôpital, retraite, école.
Enfin des syndicats constructifs...Pas question de parler aux extrémistes comme Sud qui ont l'audace de combattre la seule voie possible , le libéralisme.
Je l'ai soutenue [Ségo]parce qu'elle portait le mieux l'idée de la rénovation. Aujourd'hui, le PS doit être incarné par une nouvelle génération qui porte d'autres idées, d'autres pratiques. Je n'ai plus l'âge d'être l'élève d'un "sage actif", quel qu'il soit. En 2012, c'est cette génération qui doit incarner le changement et le renouvellement.
Est-ce que Valls pense à la présidentielle en se rasant?

gros branleur

Masculin
Nombre de messages : 1696
Age : 52
Localisation : Gromoland du bas
Emploi : Teknichien
Loisirs : un peu de tout...beaucoup de rien
Date d'inscription : 08/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  billbaroud35 le Dim 12 Avr - 12:33

bouerk!

_________________
"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." (Geronimo)

billbaroud35
Admin

Masculin
Nombre de messages : 6728
Age : 42
Localisation : face au chateau, la classe!!!
Loisirs : glandouiller...
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  Gotch le Dim 12 Avr - 15:20

gros branleur a écrit:Est-ce que Valls pense à la présidentielle en se rasant?
Eééééhhhh ! il a un nom prédestiné, si l'on en croit Beaumarchais : la valse est bien une danse, donc il fera l'affaire selon les toupty critères! Tête de mort MDR

Gotch

Masculin
Nombre de messages : 8600
Age : 68
Localisation : Orvez, près de Naoned
Emploi : retiré pour mieux sauter !
Loisirs : le Net (j'dois pas être net...)
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  gros branleur le Lun 20 Avr - 12:30

ce qu'en dit Fontenelle avec le talent qu'on lui connait dans l'excellent Politis:
http://www.politis.fr/article6736.html



Manuel Valls contre le péril rouge

jeudi 16 avril 2009, par Sébastien Fontenelle

Sous son air paisible, sous son apparence de voie bourgeoise, la rue de Solferino, à Paris (septième), abrite, à son numéro 10, siège du Parti « socialiste », un repaire de Rouges écarlates – un nid de communistes comme oncques n’en vîmes depuis les années 1950.
Ce n’est pas moi qui le dis : c’est le désopilant député-maire d’Évry (Essonne), Manuel Valls. (Pour ce qui me concerne, je l’avoue : j’ignorais totalement que le dessein secret de François Hollande fût de planter notre cher et vieux pays, non de tulipes, comme son patronyme pourrait le faire accroire, mais de (gris) sovkhozes.)
Bien sûr, Manu (comme on l’appelle à l’UMP), interviewé par le Monde [1], ne dit pas directement que le P« S » est profondément noyauté par des agents du Народный комиссариат внутренних дел (NKVD) : le gars est tout
de même conscient que le maccarthysme n’a pas laissé que de bons souvenirs en Occident.
Même : succombant à un (bref) accès de lucidité, il admet que les « socialistes », généralement, « sont aujourd’hui décomplexés à l’égard du marxisme ».

Mais cette concession lui sert (uniquement) à introduire l’effarant constat que son parti « compte encore des responsables et des militants, sans doute sincères, qui restent hantés par les Spectres de Marx [2] : conception binaire de la société, vision violente de l’Histoire », et qui du coup développent un « goût commun pour les grandes fresques avec l’extrême gauche » – et qui partant jugent, comme des gros ballots, que « la crise économique devrait dégénérer nécessairement en crise sociale avant d’aboutir à la crise politique… » [3]

Dans la vraie vie, naturellement, même les orpailleurs défoncés du fin fond de l’Amazonie savent que ça fait maintenant, et dans le meilleur des cas, un looooong quart de siècle que les « socialistes » français se sont massivement asservis au libéralisme et sont pris de nausées à la seule idée qu’on puisse les confondre avec des marxistes : raison pour laquelle Jospin hurla naguère (avec le vif succès qu’on sait) que son programme n’était pas (du tout) socialiste.

Valls galèje, par conséquent, quand il affirme détecter au P « S » des relents collectivistes – mais c’est pour sa bonne cause : le gars n’existe, dans les médias, que par une stigmatisation maladive de tout ce qui se positionne à gauche de Jean-Marie Bockel, et se doute bien que le jour où il arrêtera d’exiger que les « socialistes » rompent avec des traditions qu’ils ont de longue date abandonnées, le Monde cessera de lui garder un rond de serviette.
Il continue donc à psalmodier que son parti doit « se réformer », sans jamais dire exactement ce que ces réformes devraient être [4] : il est vrai que s’il se livrait trop, le monde entier s’apercevrait que Manuel Valls est de droite.

Notes
[1] 12 avril.
[2] Par cette astucieuse référence, Manuel Valls, on l’aura compris, donne à entendre qu’il aurait lu Derrida.
[3] Hhhhh...
[4] Et sans d’ailleurs que les journalistes qui recueillent ses incantations ne lui demandent la moindre précision.

gros branleur

Masculin
Nombre de messages : 1696
Age : 52
Localisation : Gromoland du bas
Emploi : Teknichien
Loisirs : un peu de tout...beaucoup de rien
Date d'inscription : 08/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  clomani le Lun 20 Avr - 18:41

gros branleur a écrit:ce qu'en dit Fontenelle avec le talent qu'on lui connait dans l'excellent Politis:
http://www.politis.fr/article6736.html



Manuel Valls contre le péril rouge

jeudi 16 avril 2009, par Sébastien Fontenelle

Sous son air paisible, sous son apparence de voie bourgeoise, la rue de Solferino, à Paris (septième), abrite, à son numéro 10, siège du Parti « socialiste », un repaire de Rouges écarlates – un nid de communistes comme oncques n’en vîmes depuis les années 1950.
Ce n’est pas moi qui le dis : c’est le désopilant député-maire d’Évry (Essonne), Manuel Valls. (Pour ce qui me concerne, je l’avoue : j’ignorais totalement que le dessein secret de François Hollande fût de planter notre cher et vieux pays, non de tulipes, comme son patronyme pourrait le faire accroire, mais de (gris) sovkhozes.)
Bien sûr, Manu (comme on l’appelle à l’UMP), interviewé par le Monde [1], ne dit pas directement que le P« S » est profondément noyauté par des agents du Народный комиссариат внутренних дел (NKVD) : le gars est tout
de même conscient que le maccarthysme n’a pas laissé que de bons souvenirs en Occident.
Même : succombant à un (bref) accès de lucidité, il admet que les « socialistes », généralement, « sont aujourd’hui décomplexés à l’égard du marxisme ».

Mais cette concession lui sert (uniquement) à introduire l’effarant constat que son parti « compte encore des responsables et des militants, sans doute sincères, qui restent hantés par les Spectres de Marx [2] : conception binaire de la société, vision violente de l’Histoire », et qui du coup développent un « goût commun pour les grandes fresques avec l’extrême gauche » – et qui partant jugent, comme des gros ballots, que « la crise économique devrait dégénérer nécessairement en crise sociale avant d’aboutir à la crise politique… » [3]

Dans la vraie vie, naturellement, même les orpailleurs défoncés du fin fond de l’Amazonie savent que ça fait maintenant, et dans le meilleur des cas, un looooong quart de siècle que les « socialistes » français se sont massivement asservis au libéralisme et sont pris de nausées à la seule idée qu’on puisse les confondre avec des marxistes : raison pour laquelle Jospin hurla naguère (avec le vif succès qu’on sait) que son programme n’était pas (du tout) socialiste.

Valls galèje, par conséquent, quand il affirme détecter au P « S » des relents collectivistes – mais c’est pour sa bonne cause : le gars n’existe, dans les médias, que par une stigmatisation maladive de tout ce qui se positionne à gauche de Jean-Marie Bockel, et se doute bien que le jour où il arrêtera d’exiger que les « socialistes » rompent avec des traditions qu’ils ont de longue date abandonnées, le Monde cessera de lui garder un rond de serviette.
Il continue donc à psalmodier que son parti doit « se réformer », sans jamais dire exactement ce que ces réformes devraient être [4] : il est vrai que s’il se livrait trop, le monde entier s’apercevrait que Manuel Valls est de droite.

Notes
[1] 12 avril.
[2] Par cette astucieuse référence, Manuel Valls, on l’aura compris, donne à entendre qu’il aurait lu Derrida.
[3] Hhhhh...
[4] Et sans d’ailleurs que les journalistes qui recueillent ses incantations ne lui demandent la moindre précision.

Valls, ça commence un peu comme Val, non ? Cheese

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  Gotch le Lun 20 Avr - 18:50

"Valls, ça commence un peu comme Val, non ? Cheese" Oh oui, et dans les deux cas le bon remède, c'est une Valda dans la tronche!

Gotch

Masculin
Nombre de messages : 8600
Age : 68
Localisation : Orvez, près de Naoned
Emploi : retiré pour mieux sauter !
Loisirs : le Net (j'dois pas être net...)
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La relève du PS?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum