prévisions pour l'hiver!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

prévisions pour l'hiver!

Message  Duchesse le Lun 22 Sep - 16:11

Ca peut être utile! Grimaces
http://www.meteoconsult.fr/publicator_2006/page_id.php?num_id=43&langue=fr&ks=314d416b476c226ad8ae90332201a0eb

Duchesse

Féminin
Nombre de messages : 3335
Localisation : Auteuil Le roi
Emploi : Théâtre
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: prévisions pour l'hiver!

Message  spiderman le Lun 22 Sep - 23:26

Heu.... il me demande mon nom de membre er mon code secret Gratte gratte

spiderman

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 54
Localisation : de l'autre cote de la flaque a hareng
Emploi : Auteur-Compositeur
Loisirs : kate beckinsale, Felix Leclerc,Moustaki
Date d'inscription : 13/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://lavalcoteartistepeintre.blogspot.ca/

Revenir en haut Aller en bas

Re: prévisions pour l'hiver!

Message  Duchesse le Mar 23 Sep - 0:03

spiderman a écrit:Heu.... il me demande mon nom de membre er mon code secret Gratte gratte
je ne les retrouve pas

PREVISIONS SAISONNIERES : réactualisation du 20 septembre 2008

METEO CONSULT étudie 6 modèles numériques de prévisions saisonnières parmi les plus puissants du monde, dont celui du Centre Européen de Prévision, de la NOAA américaine et du NCEP : il s’agit de modèles d’ensemble, qualifiés de « couplés » car ils utilisent des données issues de plusieurs supercalculateurs.
Nota: lire en deuxième partie de cette page les articles concernant le phénomène La Nina ainsi que les perspectives concernant un éventuel hiver froid.

ACTIVITE CYCLONIQUE: au vu de la situation actuelle, et selon les prévisions du TSR (Tropical Storm Risk), les prévisions envisagent une saison cyclonique 2008 particulièrement active. En fonction des données récentes, l'on envisage une saison historique, qui pourrait être l'une des trois plus virulentes jamais enregistrées (90% de risque d'être plus violente que la moyenne 1950 - 2007). La saison cyclonique en Atlantique Nord se poursuit jusqu'au 30 Novembre. On s'attend à environ 4 ou 5 cyclones majeurs (la moyenne 1950-2007 étant de 3), et à environ 18 phénomènes cycloniques globaux (contre une moyenne de l'ordre de 10 par an).

Octobre : Dépressionnaire. Temps automnal avec des perturbations actives qui circulent à nouveau sur la moitié nord de la France (flux d'ouest). Temps plus calme dans le sud malgré les habituels épisodes orageux qui remontent sur le sud-est en cette période de l'année. Températures légèrement inférieures aux moyennes en raison des fréquentes perturbations. Les précipitations resteront dans les normales.

Novembre : Peut-être le mois le plus froid de l'hiver? ...Neige précoce en montagne. Temps globalement frais et très variable. Le régime dominant d'ouest à nord-ouest sera propice aux chutes de neige à basse altitude. Les perturbations circuleront surtout sur le nord de la France, tandis qu'un temps plus sec concernerait la façade Atlantique et le sud-ouest de la France. Début d'hiver très rigoureux sur la Scandinavie et la Russie..

POUR L'HIVER: pas d'anomalie particulière. Les mois de novembre-décembre pourraient être plus froids que janvier-février. Un hiver rigoureux semble envisagé dès novembre pour la Scandinavie et la Russie, en liaison avec l'extension importante de l'anticyclone de Sibérie. Dans cette configuration, quelques vagues de froid plus sévères que ces dernières années pourraient descendre ponctuellement jusque sur la France...

Décembre : temps plus sec et plus froid sur la France et l'Europe Centrale, avec la persistance de conditions anticycloniques. Les précipitations seront plutôt déficitaires, et l'ensoleillement dominant en altitude. En revanche, les nuages bas et brouillards givrants pourraient être tenaces dans les plaines et vallées, d'où ces températures qui pourraient être un peu plus froides que les moyennes (déficit de -1°C).

Janvier : mauvaise fiabilité: les modèles restent très hésitants entre le retour possible d'un flux perturbé océanique apportant une succession de perturbations, mais évoquent aussi la possible poursuite d'un temps froid et plus sec dans la continuité de décembre. La logique voudrait que le temps soit, en fait, "de saison" sur la France...

février: un mois "de saison", à nouveau un peu plus froid et plus anticyclonique sur la France, mais sans anomalie particulière pour l'instant. Les hautes pressions pourraient se rétablir sur l'Europe du Nord, dirigeant de fréquents vents d'est sur la France, synonyme d'un bon ensoleillement...

Mars: les récentes simulations de l'atmosphère envisageraient un début de printemps plutôt sec et ensoleillé, sans anomalie particulière de température pour l'instant..

VERS UN HIVER FROID? : Selon certains modèles de prévisions à long terme, le climat pourrait entrer dans une phase plus froide avec le retour d’hivers plus rigoureux, ce qui était déjà le cas cette année pour l’Amérique du nord et la Chine notamment. Cela étant dit, cette anomalie fraîche pourrait très bien être juste la conséquence de La Nina, qui prend fin, justement, cet été, voire l’automne. Nous pourrions alors retrouver ensuite des conditions chaudes comme nous avons connu depuis 1998… (voir notre article plus bas)...

Mais selon certaines études climatologiques, nous pourrions au contraire assister à la fin de la période chaude (1998/2008) pour nous orienter à nouveau vers un cycle d'hivers froids.

Divers paramètres, comme les cycles solaires, viennent renforcer ce raisonnement: l'on distingue des cycles de 11 et de 24 ans dans la récurrence de l'activité des tâches solaires, ce que l'on appelle l'irradiance: les phases maximales correspondant à une période planétaire plus chaude, tandis tandis que les minima d'activité solaire correspondent à des périodes plus fraîches. On est actuellement dans une situation où le rayonnement solaire par unité de surface terrestre est de 0, 15 W/m2 inférieur au rayonnement moyen.
La période actuelle amorce la fin d'une période de faible activité solaire (les dernièrs minimums étant en 1985 et 1995 (ces deux phases ont connu des années fraîches avec des hivers nettement plus froids).



Où allons-nous maintenant ? Nous avons vu que nous sommes dans un minimum d’activité solaire, mais cette activité devrait réaugmenter maintenant rapidement lors du « cycle 24 » ainsi nommé par les physiciens solaires. Il est remarquable que les années 2004 à 2007 aient été parmi les plus chaudes jamais observées à l’échelle globale, malgré une faible activité solaire. Cela souligne encore la prédominance de l’augmentation de l’effet de serre sur les fluctuations de l’activité solaire. Mais l’effet du soleil n’est pas négligeable, et on peut donc s’attendre à une augmentation plus marquée de la température globale moyenne dans les années 2010… Ceci a été prévu par plusieurs modèles…



La Nina, qu'est-ce que c'est?

Les récents résultats climatiques communiqués par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) font état d'une année 2008 qui pourrait être refroidie par le phénomène océanique "La Nina". METEO CONSULT évoquait déja cette perspective depuis plusieurs mois, mais il est difficile d'établir des conclusions hâtives au seul vu de ces données. Ce phénomène marin, qui se traduit par un refroidissement des eaux équatoriales de l'océan Pacifique, se manifeste certaines années, à l'inverse du courant El Nino (qui tend à réchauffer le Pacifique du coté américain). Ces phénomènes cycliques ont un rôle certain dans la zone intertropicale, agissant potentiellement sur l'activité cyclonique par exemple. En revanche, en remontant aux latitudes tempérées, leur action sur notre climat n'est pas encore définitivement prouvé. Pourtant, La Nina, ayant débuté l'été dernier, aurait contribué à l'été frais et humide que nous avons connu (et qui pourrait donc se reproduire cette année!), aux inondations qui ont frappé l'Afrique en Automne, ainsi qu'à l'hiver particulièrement rigoureux subi en Amérique du Nord (en particulier le Canada) ainsi qu'en Chine. A priori, l'Europe de l'Ouest n'aurait pas été directement concernée par cette anomalie naturelle du climat, hormis, peut-être, le début de printemps frais et humide que nous connaissons...



LA FIN DE LA NINA: la Nina dure généralement entre un an et deux ans. Commencé en juin 2007, ce phénomène est en cours d'affaiblissement en ce début d'été mais pourrait se répercuter sur le climat mondial jusqu'à l'automne prochain, ce qui influencerait notre été: en l'occurence, si tel était le cas, nous devrions connaître un nouvel été globalement frais et humide. Le dernier épisode date des années 1998-2000 et 1988-1989: ces années n'avaient pourtant pas été marquées par le froid, bien au contraire, mais par des printemps maussades (une sorte de décalage des saisons...). Cette fois-ci, nous avons affaire un l'un des plus forts épisodes de Nina de la décennie. Rappellons que cette oscillation naturelle du climat n'a pas de rapport avec le réchauffement climatique global, et que l'on doit s'attendre à la reprise d'années chaudes une fois l'épisode terminé. Mais rien n'est certain à ce sujet non plus...


Le phénomène climatique "La Nina", qui se caractérise par une température anormalement basse des eaux du Pacifique, est actuellement fortement ressenti dans la région Asie-Pacifique et devrait durer jusqu’à cet été d’après le Centre de Prévision Climatique des Etats-Unis. Le phénomène climatique devrait durer jusqu’au mois de juin et même s’il y a des différences considérables entre les différentes simulations climatiques, environ la moitié d’entre elles indiquent que « La Nina se prolongera jusqu’à l’été dans l’hémisphère nord ».


Cela signifierait que La Nina pourrait influencer la saison annuelle des ouragans dans l’Atlantique, commencée le 1er juin et qui dure jusqu’au 30 novembre. L'impact pourrait être alors une saison cyclonique à nouveau plus virulente, après deux saisons "normales".


Dans une mise à jour mensuelle, le Centre indique que les « conditions climatique océaniques et atmosphériques actuelles sont similaires à celles qui ont accompagné le dernier épisode fort de La Nina de 1998 à 2000 ». Signalons justement à ce sujet que les conditions climatiques sur l'Europe présentaient des similitudes avec les années actuelles: hivers doux et fréquemment perturbés (circulation zonale), étés chauds...Lorsque la Nina prit fin, la décennie suivante avait alors présenté des hivers à nouveau un peu plus froids (notamment 2000-2001, puis 2002-2003).

Duchesse

Féminin
Nombre de messages : 3335
Localisation : Auteuil Le roi
Emploi : Théâtre
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: prévisions pour l'hiver!

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum