Fruits pourris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fruits pourris

Message  liliM le Jeu 17 Avr - 16:51

J'ai reçu cet article par mail :

Très instructif ! Et bon appétit !!!

D' ici à la mi-juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises. Enfin, si on peut appeler «fraises» ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d' être mûrs, et
ressemblant à des tomates. Avec d' ailleurs à peu près le goût des tomates...

Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d' avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre deux et trois euros le kilo
sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16 000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d' échappement. Car la quasi-totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les
limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l' une des plus fabuleuses réserves d' oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.

Il aura fallu qu' une équipe d' enquêteurs du WWF-France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l' aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d' ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques). Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché. Cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine
empiètent déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées; les autres sont des extensions «sauvages» sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.

Les fraisiers destinés à cette production, bien qu' il s'agisse d' une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont
placés en plein été dans des frigos qui simulent l' hiver, pour avancer leur production. À l' automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la
couche d' ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005); le second, composé de chlore et d' ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires.

Qui s'en soucie? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une main-d'oeuvre marocaine, des saisonniers ou des sans-papiers sous-payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au coeur de l' hiver. ..... Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d' affections de la peau.

Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été
installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l' exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu' une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers. La saison est terminée au début du mois de juin. Les cinq mille tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place ...

Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s' exiler ailleurs en Espagne. Remarquez: ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais au cas ou les produits nocifs qu' ils ont respiré ... La production
et l' exportation de la fraise espagnole, l' essentiel étant vendu dès avant la fin de l' hiver et jusqu' en avril, représente ce qu' il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse,
elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer. Avant de venir de Chine, d' où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...

PAR Claude-Marie Vadrot
Politis jeudi 12 avril 2007

liliM

Féminin
Nombre de messages : 3472
Age : 51
Localisation : au soleil
Emploi : fainéante
Loisirs : marmotter
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dazibaoueb.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  scud56 le Jeu 17 Avr - 17:00

On peut ajouter les poivrons aux fraises.... C'est hallucinant! ca pousse sous plastoc ( du côté d'Alméria)alors que le soleil brille, c'est pulvérisé avec tout et n'importe quoi et bien sûr ramassé par des pauvres bougres immigrés ( avec ou sans-papiers mais toujours mal payés) qui triment dans ces serres provisoires où la températures grimpe allègrement à 45° si ce n'est plus... BOYCOTT!
Question fraises, j'en bouffe plus depuis des années sauf quand j'en trouve dans les bois. La betterave a plus de goût que ces trucs à croissance forcée.... Et puis les vraies fraises qu'ont du gout c'est plus cher que le shit aujourd'hui. J'ai donc fait le choix qui s'impose!

scud56

Masculin
Nombre de messages : 3338
Age : 60
Localisation : Paris-Tokyo-Lamotte-Beuvron
Loisirs : Ne rien faire. Au chaud c'est encore mieux
Date d'inscription : 17/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  billbaroud35 le Jeu 17 Avr - 17:06

de toute façon les fraises ça arrive avec l'été, en juin!

moi j'ai pas envie de fraises en ce moment, surtout leurs fraises tagada arrosées au sang d'esclaves... Tête de mort

_________________
"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." (Geronimo)

billbaroud35
Admin

Masculin
Nombre de messages : 6728
Age : 42
Localisation : face au chateau, la classe!!!
Loisirs : glandouiller...
Date d'inscription : 18/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  Invité le Jeu 17 Avr - 17:13

La condition de ces ouvriers agricoles me rappellent celle des algériens et marocains "importés" en France dans les années 60. Mon papa s'était beaucoup occupé de ça, en tant que délégué CGT de l'usine voisine.

En 62 des gros "pieds noirs" plein de frics se sont vus attribuer des terres dans la plaine de la Crau, entre Arles et Marseille. Ces terres étaient militaires avant ça, et très arides.
L'état leur a gracieusement creusé un canal d'irrigation qui a couté une fortune. La Crau, c'était presque un désert à cette époque, mais avec le canal ça devenait très fertile.
Les anciens colons d'Algérie ont cultivé avec de la main d'oeuvre d'Algérie et du Maroc. Ils logeaient les ouvriers dans des vieux bus en plein champ, sans eau ni électricité. L'été c'était intenable ! Les ouvriers se nourissaient avec des pastèques qu'ils faisaient pousser et du pain que leur patron leur amenait une fois par semaine. Leur patron leur amenait une citerne d'eau par semaine, à peine de quoi boire, quand à se laver, n'y pensons pas.

Beaucoup tombaient malades et certains sont morts, de malnutrition, d'insolation ou de gastro-entérites. Ils étaient loins de tout, et n'avaient aucun moyen de se déplacer, alors quand ils étaient malades, ça devenait dramatique. Mon père a alerté la CGT et les autorités pour faire arrêter ça. Ca a pris 10 ans pour que ça s'arrête. J'accompagnais mon père pour amener des médicaments, des vêtements, etc... à ces ouvriers agricoles. La CGT organisait des collectes pour eux, et la Croix-Rouge nous avait aidé aussi. Un jour mon père à cassé la figure d'un de ces "patrons" qui refusaient de nous laisser apporter des médicaments. Mon père est allé en garde à vue pour ça, les gendarmes lui ont mis les menottes, je me rappelle bien j'avais 9 ans.

Maintenant la plupart de ces patrons "pieds noirs" sont au FN ou à l'UMP, et ils sont les plus virulents pour faire expulser les immigrés; ça met mon père dans une colère noire parce que ce sont eux qui ont fait venir ces immigrés...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  scud56 le Jeu 17 Avr - 17:17

Yap, j'aime bien ton père! Et tu es son digne fils! cheers cheers cheers

scud56

Masculin
Nombre de messages : 3338
Age : 60
Localisation : Paris-Tokyo-Lamotte-Beuvron
Loisirs : Ne rien faire. Au chaud c'est encore mieux
Date d'inscription : 17/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  Invité le Jeu 17 Avr - 17:27

scud56 a écrit:Yap, j'aime bien ton père! Et tu es son digne fils! cheers cheers cheers
Pfou tu sais dans la famille c'est un peu une tradition.
Ma grand-mère cachait des juifs pendant la guerre, les faisait passer en Espagne, leur founissait des faux papiers, etc...
Mon grand-père amenait des explosifs au maquis des Cévennes, pendant que ma grand-mère était prisonnière des allemands. Plus tard il amenait des vivre à l'Exodus, qui était ancré au large de Fos (près de Marseille).
Mon père c'était les ouvriers agricoles immigrés, et aussi le syndicat CGT.
Moi quand j'étais étudiant, je me suis occupé de prostituées en fuite, on les cachait, parfois on "corrigeait" les maqs... C'était assez risqué... Pfou si tu savais, on pourrait faire un roman... Rire hystérique

On est tous un peu fous dans la famille... Zinzin
Complètement givrés même... Rire hystérique

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  Gotch le Jeu 17 Avr - 17:37

yapadebug a écrit:
scud56 a écrit:Yap, j'aime bien ton père! Et tu es son digne fils! cheers cheers cheers
Pfou tu sais dans la famille c'est un peu une tradition.
Ma grand-mère cachait des juifs pendant la guerre, les faisait passer en Espagne, leur founissait des faux papiers, etc...
Mon grand-père amenait des explosifs au maquis des Cévennes, pendant que ma grand-mère était prisonnière des allemands. Plus tard il amenait des vivre à l'Exodus, qui était ancré au large de Fos (près de Marseille).
Mon père c'était les ouvriers agricoles immigrés, et aussi le syndicat CGT.
Moi quand j'étais étudiant, je me suis occupé de prostituées en fuite, on les cachait, parfois on "corrigeait" les maqs... C'était assez risqué... Pfou si tu savais, on pourrait faire un roman... Rire hystérique

On est tous un peu fous dans la famille... Zinzin
Complètement givrés même... Rire hystérique
Ah Yap, si tout le monde était givré comme toi, la terre serait plus vivable!

Gotch

Masculin
Nombre de messages : 8600
Age : 68
Localisation : Orvez, près de Naoned
Emploi : retiré pour mieux sauter !
Loisirs : le Net (j'dois pas être net...)
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  scud56 le Jeu 17 Avr - 17:43

Etre "givré" comme ca, c'est la vraie vie.... Et sans un petit grain de folie, l'existence vaut elle encore la peine d'être vécue?
Scud "cinglé" 56

scud56

Masculin
Nombre de messages : 3338
Age : 60
Localisation : Paris-Tokyo-Lamotte-Beuvron
Loisirs : Ne rien faire. Au chaud c'est encore mieux
Date d'inscription : 17/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  clomani le Jeu 17 Avr - 18:38

Moi je suis pour les fruits givrés Pas_ma_faute et contre la fraise ferrugineuse Grimaces
Y nous font iéch, les gros producteurs, qu'ils soient franchouilles ou espagnols, ils nous prennent pour des cons et nous vendent des machins qui n'ont aucun goût ! Pauvres fraises ! Moi je les cueillais dans le jardin de mon père, les fraises... ça me filait de l'urticaire... mais j'aimais bien la confiture de fraises. Pis quand on allait se promener, je cueillais des fraises des bois... pis après y'avait les framboises, qu'on avait dans le jardin... mais j'aimais pas les cueillir ! C'était chiant... elles se cachaient derrière les feuilles... pis ma mère nous en faisait de la confiture...
C'était l'époque où tout venait du jardin, et où on revenait de chez mon grand-père le coffre de la bagnole plein de légumes divers aussi...
Maintenant, tout ce qu'on mange de végétal a à peu près le même goût : le goût du "pas mur" !
Mpfff... où pourrait-on aller planter nos choux ?

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fruits pourris

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum