En Bolivie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En Bolivie

Message  clomani le Mar 11 Mar - 19:38

Une fois n'est pas coutume... j'ai bien aimé cette réaction (assez claire) au papier de je ne sais plus qui sur Rue 89 :
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour éclairer NouNouill, nous avons en Bolivie une situation
actuellement tendue liée aux processus de réforme profonds engagés par
l'administration Morales - "la révolution démocratique", comme elle est
désignée à La Paz. Cet ensemble de changements profonds (réforme
agraire, contrôle des ressources naturelles, alphabétisation, santé,
etc.) se cristallise dans le processus de l'Assemblée constituante
(réclamée en Bolivie depuis 1989 - et donc pas soufflée par Chávez
comme aime à l'écrire la presse européenne).
Ce processus, long et pénible, a abouti à l'approbation du texte par
l'assemblée à Sucre en décembre dernier, au milieu d'un chaos
indescriptible teinté de régionalisme chauviniste (Sucre, belle
endormie provinciale, voulant redevenir la capitale pleine et entière
qu'elle était au XIXème siècle) et de racisme (anti "Indiens de
merde"), agités en sous-main par l'opposition la plus réactionnaire.
L'épisode a mal terminé : après huit convocations à la session finale,
empêchée par les manifestants de droite qui frappaient les constituants
du MAS s'y rendant ou prenaient par la force les dépendances de
l'Assemblée, la session a finalement été convoquée dans la caserne de
Sucre, sous protection de l'armée - ce qui est mauvais en terme d'image
- et boycottée par le principal parti d'opposition. La caserne a été
assiégée par une foule agressive, à coups de cocktail molotov et autres
pneus enflammés lancés depuis les collines avoisinantes. Une fois le
texte rapidement approuvé, les Constituants ont dû être évacués au
milieu de la nuit par l'armée, traverser la rivière voisine à pied,
etc. Ceux qui ont été attrapés par la foule ont failli être lynchés
(brûlés vifs en fait). Bilan de la triste journée : deux morts (balles
d'origine inconnue).
Le gouvernement veut soumettre la constitution à référendum (on en
connaît d'autres en Europe, volontiers donneurs de leçons mais qui
n'ont pas ce souci démocratique). L'opposition régionale de Santa Cruz
(grosso modo des latifundiaires et des chefs d'entreprise, qui se sont
largement gavés sous les régimes dictatoriaux) y voit le risque d'y
perdre son pouvoir. Elle promeut donc le concept d'autonomie (à
l'espagnole) pour garder la main sur le ressources de ces régions
orientales (principalement du gaz, mais aussi l'agroindustrie et le
bois). Elle veut aussi réaliser son propre référendum, mais en dehors
des cadres de la constitution (le projet de futur constitution prévoit,
quant à lui, un processus d'autonomie dont le pays a effectivement
grand besoin, ce que personne ne conteste). L'objectif est évidemment
celui d'une mobilisation permanente, de provocation envers le
gouvernement (imaginez par exemple la région PACA annonçant pour le 4
mai prochain un référendum pour appliquer chez elle le statut de la
Catalogne : que doit faire le gouvernement face à cet acte ?), au
risque d'une profonde rupture entre deux parties du pays.
On a donc
- une opposition oligarchique et réactionnaire, qui de surcroît tient
toute la presse (y compris par exemple La Razón, le journal que
Courrier International traduit lorsqu'ils mentionnent la Bolivie);
- un gouvernement maladroit et manquant de cadres (c'est sa première expérience de pouvoir);
- des bases très radicales.
Saupoudrez le tout de magouilles étasuniennes, de présence chaviste
(bien plus modérée qu'on ne le dénonce mais pas inexistante) et vous
avez la situation bolivienne, dont la tension devrait croître dans les
deux mois qui viennent. Ceux qui, en Europe, sont intéressés par une
véritable, bien que chaotique, expérience de transformation sociale
démocratique resteront vigilants, et éviteront d'y plaquer des grilles
de lecture par trop germano-pratines.

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum