INSOLITE : des juifs quasi-rejetés... en Israël!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INSOLITE : des juifs quasi-rejetés... en Israël!

Message  Gotch le Ven 18 Jan - 13:29

Invitation à
lire

Ella Shohat, Le sionisme du point de vue
de ses victimes juives. Les juifs orientaux en Israël
,

La Fabrique, Paris, 2006, 124 pages,
8 euros.



Des citoyens au rabais
Juifs séfarades en Israël
( Michel Warschawski )


Qui sont les victimes du sionisme ? Les Palestiniens évidemment. Mais sont-ils les
seules victimes de ce mouvement colonial ? A cette question, Ella Shohat
répond clairement par la négative, en affirmant que le sionisme a aussi produit
ses victimes juives (1). Universitaire d’origine israélienne, Shohat
enseigne depuis de nombreuses années à New York. En Israël, à l’exception de
cercles très minoritaires, elle a, depuis toujours, été complètement ostracisée
par le monde universitaire et intellectuel.

Sans constituer une autobiographie, l’essai de Shohat
raconte aussi son histoire à elle – femme, juive arabe, et de surcroît
antisioniste –, ainsi que celle de ces nombreux Israéliens qui, nés dans la
culture arabe, n’ont jamais pu, pour cette raison, être reconnus comme de
véritables membres de la communauté nationale israélienne, à plus forte raison
de ses élites.

Le mouvement sioniste est né, au début du XXe siècle
en Europe, comme une tentative de réponse à l’antisémitisme. Ses idéologues et
ses pionniers ont tous été les enfants de la culture européenne, coloniale et
moderniste, y compris de son racisme envers tout ce qui n’était pas européen.
Désirant faire émigrer les communautés juives du monde arabe – par besoin d’une
main-d’œuvre habituée aux travaux difficiles et pas beaucoup plus chère que la
main-d’œuvre arabe indigène, ou pour réaliser le rêve d’un « retour »
des communautés juives vers leur patrie historique –, les dirigeants
sionistes n’ont jamais su considérer ceux qu’ils nommaient leurs
« frères des communautés orientales »
comme de véritables
égaux.

Certaines des communautés juives les plus anciennes du
monde, tels les Juifs d’Irak ou du Yémen, ont été véritablement manipulées pour
venir renforcer le jeune Etat, la direction sioniste n’hésitant pas à utiliser
des méthodes terroristes pour faire fuir les Juifs de leurs pays, comme dans le
cas de la communauté juive irakienne dont est issue Shohat.

Si certains dirigeants sionistes n’ont jamais caché leur
racisme antiséfarade, la majorité d’entre eux avaient plutôt un regard
paternaliste, promettant une place égale aux nouveaux immigrants juifs arabes,
après une période de socialisation et d’adaptation à la modernité, ashkénaze
comme il s’entend. Victimes d’un déracinement qu’ils ne désiraient pas, les
Juifs arabes immigrés en Israël sont, pour l’auteur, des réfugiés. Certes
privilégiés par rapport aux réfugiés palestiniens, mais réfugiés quand même, et
victimes d’une discrimination structurelle et d’un racisme plus ou moins
déclaré.

Cet essai a été publié, en anglais, dans la revue
new-yorkaise Social Text, en 1988, au moment où, en Israël, la seconde
génération de ces victimes juives du sionisme commençait à remettre en question
l’hégémonie ashkénaze, d’abord dans le champ politique puis dans le champ
culturel. Pourtant, ce n’est qu’en 2001 qu’il a été traduit et publié en
hébreu... par le Centre d’information alternative – une organisation de la
gauche radicale – et la jeune maison d’édition Kedem, spécialisée dans la
publication d’auteurs juifs arabes. C’est-à-dire encore dans la périphérie de
l’hégémonie culturelle israélienne.

Pourtant, au moment où ce texte fondateur est enfin publié
en Israël, il n’est plus totalement isolé. Des écrivains comme Sami Shalom
Chetrit, des chercheurs comme Yehuda Shenhav, des cinéastes comme David Ben
Chetrit (2) sont enfin reconnus à leur juste valeur et commencent à trouver
leur place. Ils portent tous un regard extrêmement critique sur les fondements
racistes de la société israélienne, et, pour la plupart, remettent en question
le sionisme aussi pour ce qu’il a commis à l’encontre de ses victimes
palestiniennes.


Michel
Warschawski

Journaliste, animateur du Centre
d’information alternative (Israël).

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4375

Notes

(1) Ella Shohat, Le sionisme du
point de vue de ses victimes juives. Les juifs orientaux en Israël
, La
Fabrique, Paris, 2006, 124 pages, 8 euros.

(2) Dont le dernier film, Dear Father,
consacré aux officiers et soldats objecteurs de conscience, a été présenté en
avant-première à Paris, début novembre 2006.

Gotch

Masculin
Nombre de messages : 8600
Age : 68
Localisation : Orvez, près de Naoned
Emploi : retiré pour mieux sauter !
Loisirs : le Net (j'dois pas être net...)
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: INSOLITE : des juifs quasi-rejetés... en Israël!

Message  sam telam le Ven 18 Jan - 13:37

cette mise au point est importante, tellement le pb est complexe....

sam telam

Masculin
Nombre de messages : 3934
Age : 61
Localisation : au sud du sud
Emploi : anartiste
Loisirs : joke à rire
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: INSOLITE : des juifs quasi-rejetés... en Israël!

Message  clomani le Ven 18 Jan - 14:07

Oui, ça dure depuis des lustres, cette discrimination... Quiconque a vu le film franco-romano-israélien sur les Falashas a pu voir que les Ethiopiens, descendants de la reine de Saba et du roi Salomon, ont été manipulés et attirés en Israël pour coloniser des terres inoccupées...
Je trouve que ce film montre assez bien comment ces "juifs de seconde zone" sont traités par les Ashkenazes.
En plus, lors de mon arrivée en 75 à Antenne 2, je me souviens avoir "doublé" une petite fille (le journaliste cherchait une voix de gamine). Cette môme, nouvellement arrivée d'Afrique du Nord avec ses parents, racontait qu'elle voulait partir d'Israël parce que les enfants "blancs" n'étaient pas gentils avec les "bazanés" comme elle... alors, comme elle se sentait très mal dans cette terre promise, elle s'était inventé une autre terre promise : les USA. Elle voulait absolument aller à New York, qui d'ailleurs, était plus juive que Tel Aviv ou Jérusalem actuellement.
Israël a absolument besoin de jeunes, de sang frais... car dès que les gens vivent en "démocratie", ils profitent bien de la vie, et font du coup moins d'enfants... ce qui n'est pas le cas des Palestiniens qui ont des familles de 7, 8, 9 voire plus d'enfants ! Depuis quelques années, ce sont les Russes qui ont été "appelés" et les Français sous prétexte de l'antisémitisme qui régnait en France (parce que ça aussi, c'est un truc qui a été super bien entretenu... et je connais beaucoup de gens qui ont quitté Paris pour aller s'installer en Israël dans des colonies)... Ils arrivent dans des maisons super chouettes, avec piscine, aux loyers qui coûtent que dalle... et se répandent dans la communauté pour vanter tous les avantages de la vie sur place... Pas_ma_faute

_________________
Les étrangers basanés font rien qu'à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l'aube alors que, tous les médecins vous le diront, le blanc a besoin de sommeil.

Pierre Desproges

clomani

Féminin
Nombre de messages : 11850
Age : 67
Localisation : dans une arrière-cour
Emploi : glandeuse
Loisirs : glander
Date d'inscription : 16/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://clomanidelatele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: INSOLITE : des juifs quasi-rejetés... en Israël!

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum