Même les flics se mettent en grève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Même les flics se mettent en grève

Message  Invité le Jeu 1 Nov - 20:51

http://www.liberation.fr/actualite/societe/288747.FR.php?rss=true
Number One Rire hystérique

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Même les flics se mettent en grève

Message  scud56 le Ven 2 Nov - 15:37

«Il y a tricheries chez les policiers comme chez les gendarmes»
Statistiques. Christian Mouhanna a épluché les chiffres de la délinquance depuis 1995.
Recueilli par FABRICE TASSEL
"Libé" vendredi 2 novembre 2007

Chercheur au CNRS, Christian Mouhanna a beaucoup travaillé sur le statistiques produites par la gendarmerie et la police. Il vient de publier avec le commandant de gendarmerie Jean-Hugues Mattely, Police : des chiffres et des doutes (éd. Michalon), une étude statistique sur la période 1995-2006. Elle conclut que, pour certains délits, les enquêtes résolues sont plus nombreuses que les faits constatés.

Sur le même sujet
des taux d’élucidation supérieurs à 100 %
La direction de la gendarmerie confirme votre thèse…


Oui, il semble que la hiérarchie est informée de cette dérive des chiffres, déjà soulignée par plusieurs travaux. Jusqu’ici, il y avait une assez forte pression des institutions pour que cela ne sorte pas publiquement.

Alors, pourquoi cette étude est-elle révélée aujourd’hui ?

Policiers et gendarmes commencent à être lassés par cette pression du chiffre, qui a des conséquences sur leur manière de travailler. Il n’est pas impossible, non plus, que le fait de rendre publique une critique du travail de la gendarmerie soit une façon de justifier le passage de la gendarmerie sous la tutelle du ministère de l’Intérieur qui semble se dessiner.

Pourtant, les statistiques erronées concernent aussi la police, non ?

Bien sûr, notre étude démontre qu’il y a des aménagements et des tricheries aussi bien dans les chiffres des policiers que dans ceux des gendarmes. Mais c’est plus visible chez les militaires qui comptent 3 600 brigades, autant de sources de chiffres et de variations potentielles, que dans les 424 circonscriptions de sécurité publique de la police, plus encadrées.

Quel est l’impact de ces statistiques ?

Elles influent directement sur l’action policière. Face à la demande croissante de productivité, policiers et gendarmes travaillent plus sur les délits qui leur «rapportent» beaucoup, c’est-à-dire qui leur permettent d’afficher des taux d’élucidation élevés. D’où la pression mise par exemple sur la consommation de stupéfiants (avec un taux d’élucidation de 107 %) pour laquelle un fait constaté est automatiquement élucidé. Alors que pour les cambriolages (10 % d’élucidation), trouver l’auteur du délit demande du temps.

Qu’en est-il des arrestations d’étrangers en situation irrégulière ?

C’est clairement un délit qui «rapporte» car il n’y a que des «auteurs» et pas de plaignants. D’autant que dans ce cas la pression interne à la police est doublée par celle des préfets. Globalement on a l’impression que les autorités résolvent les crimes et les délits. En fait, elles choisissent ceux sur lesquelles elles mettent l’accent. Les taux d’élucidation ne sont, au final, pas un critère fiable pour apprécier ce que fait la police. Pour les stupéfiants, les filières sont moins menacées, la priorité est mise sur les consommateurs et les petits trafiquants. En matière d’immigration, c’est pareil, les têtes de filière tombent rarement.

Un contrôle indépendant est-il possible ?

Nous l’espérons, car l’Observatoire national de la délinquance, financé par le ministère de l’Intérieur, ne remplit pas ce rôle. Il faudrait aussi des outils de contrôle plus locaux. Cette centralisation des chiffres au niveau national empêche l’adaptation du travail des policiers et des gendarmes aux réalités locales. Car les réponses à apporter ne sont pas les mêmes à Saint-Dizier, en Seine-Saint-Denis ou dans le IIIe arrondissement. C’est du délire technocratique : ces chiffres donnent l’impression de contrôler la société, en faisant des moyennes qui n’ont pas de sens, alors qu’ils empêchent une analyse effective du travail des policiers et de leur impact sur le territoire local.

scud56

Masculin
Nombre de messages : 3338
Age : 60
Localisation : Paris-Tokyo-Lamotte-Beuvron
Loisirs : Ne rien faire. Au chaud c'est encore mieux
Date d'inscription : 17/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Même les flics se mettent en grève

Message  Invité le Ven 2 Nov - 20:59

Le Snop a annoncé, jeudi dans un communiqué, avoir appelé les policiers à «extérioriser leur vif mécontentement» le 8 novembre en déposant leurs téléphones sur les bureaux de leurs chefs de service.

C'est sur la c'est vif, ils extériorisent super bien les flics! MDR

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Même les flics se mettent en grève

Message  Gotch le Ven 2 Nov - 21:07

vanemel a écrit:Le Snop a annoncé, jeudi dans un communiqué, avoir appelé les policiers à «extérioriser leur vif mécontentement» le 8 novembre en déposant leurs téléphones sur les bureaux de leurs chefs de service.

C'est sur la c'est vif, ils extériorisent super bien les flics! MDR
Quand on ne peut pas faire grève, il faut bien trouver un moyen!

Gotch

Masculin
Nombre de messages : 8600
Age : 68
Localisation : Orvez, près de Naoned
Emploi : retiré pour mieux sauter !
Loisirs : le Net (j'dois pas être net...)
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://bab007-babelouest.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Même les flics se mettent en grève

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum